Tenby ephemeral capital of Belgium

Tenby (Wales) 1940 - 2023
Tenby (Wales) 1940 - 2023

Tenby (Wales) May 28, 1940 - Surge of the Belgian Army in Great Britain

Tenby (Wales) September 24, 2023 - Ephemeral Capital of Belgium

Tenby (Wales) 28 mei 1940 - Toevloed van het Belgische leger in Groot-Brittannië

Tenby (Wales) 24 september 2023 - Kortstondige hoofdstad van België

Source
Original article (in French) Tenby Capitale éphémère de la Belgique (11/15/2023)
Autor: Christophe Houtart

Tenby (Wales) 28 mai 1940

Sursaut de l’Armée Belge en Grande-Bretagne

Tenby (Wales) 24 septembre 2023

Capitale éphémère de la Belgique

Drapeaux

9 heures / 9 siècles

Il est environ neuf heures lorsque je monte dans le premier convoi l’Eurostar ce vendredi de fin septembre. Embarquement Bruxelles-Midi, direction Londres St Pancras. Le train m’emmène à 300 km/h vers la capitale anglaise. Arrivé à destination, changement de gare jusqu’à London Padington après un court trajet en tube londonien.

Ensuite, ce sera la deuxième étape ferroviaire de la journée, le train est moderne et la campagne défile à 130 km/h. Mais seulement jusqu’à Cardiff. Là les pantographes sont abaissées et le diésel astucieusement caché sous les wagons prend le relais. Nous nous balançons gentiment à 80 km/h jusqu’à Swansea. Puis, ce sera le dernier tronçon jusqu’à Tenby, petite ville accrochée à flanc de falaise, face à l’océan Atlantique, au Sud-Ouest du Pays-de-Galles.

Le wagon automoteur avance cahin-caha dans un vacarme de diésel, mal entretenu, sur la voie unique qui nous emmène vers le bout du monde en nous ramenant dans le temps par la même occasion. Il n’y a que trois arrêts officiels au cours des 90 minutes que durent le trajet. Mais cet omnibus porte bien son nom. Tout passager peut arrêter le train à la demande. Ce qui sera le cas une dizaine de fois. Par ailleurs, voie unique oblige, il n’est possible de se croiser que dans les gares prévues à cet effet.

Nous attendons donc pendant trente minutes, sur un bout de voie, le passage du train qui remonte la ligne et qui est en retard. Nous redémarrons, mais pour quelques minutes seulement lorsque nous sommes à nouveau arrêtés par des moutons sur la voie. Quelques coups de cornes les décident à nous laisser passer. Quelques nuages paresseux s’accrochent à la cime des collines dans l’arrière-pays.

Il m’a fallu plus de neuf heures pour arriver à destination. Mais en définitive, c’est très court pour une remontée dans le temps de neuf siècles.

Le Pays de Galles, l’une des quatre Nations qui conforment la Grande Bretagne, compte sur une population de 3 150 000 habitants avec une superficie de 21 000 km², dont la capitale est Cardiff.

Un Séjour dans la Ville de Tenby, pavoisée aux couleurs de la Belgique

La ville Tenby – en langue galloise ce nom signifie Petite Ville du Poisson – est encerclée de murailles médiévales dont les premières pierres ont été posées au début du 12e siècle. Elle vit au gré de l’arrivée des touristes, qui déferlent durant la belle saison et en gonflent la population en la multipliant par dix. D’ailleurs, en ce début du mois de septembre, la ville Tenby vient de célébrer l’évènement annuel des Journées IRONMAN Wales.

La température est agréable, juste un peu de vent, lequel fait onduler de nombreux drapeaux et calicots belges. Le petit port est gardé par un impressionnant ouvrage d’art militaire.

Sur le toit de ce fort, où il a été invité à flotter, le drapeau belge s’y retrouve avec une très grande fierté.

Ce fort n’a cependant servi qu’une seule fois, lors des guerres napoléoniennes au début du 19e siècle.

Il nous est alors possible de découvrir une petite ville qui est entièrement drapée aux couleurs de la Belgique. Dans chaque vitrine, sur chaque mat, sont accrochés aux grilles des maisons, des drapeaux belges, davantage que lors d’un jour de Fête Nationale à Bruxelles.

De fait, c’est sous l’impulsion du Conseil de la ville, que cette décoration, opportunément livrée de Bruxelles par les Autorités Belges, a pu être installée dans toute la ville.

C’est dans cette très belle atmosphère, que la délégation des participants belges, déjà forte d’une trentaine de personnes, est reçue, en fin de journée de ce vendredi, par le Conseil de la Ville à la Tenby Town House. Dai Morgan, le Town Mayor adresse alors un mot d’accueil à la délégation civile belge emmenée par le Lt Colonel hr. Baron Christian Houtart, président du Tenby Memorial Committee, en présence de l’Amiral e.r. Jacques Rosiers, président de SERVIOBELGIUM.

Monastère Cistercien de Caldey Island

En ce samedi matin, nous nous pressons avec les premiers touristes, dans une chaloupe motorisée qui nous emmène en 20 minutes sur l’île de Caldey. Elle est située à environ 5 miles au sud de Tenby. La mer est calme et la traversée agréable. Il fait encore étonnamment doux pour la saison. C’est sur cette île qu’en 1929 est venu s’établir une congrégation de moines trappistes, envoyée par l’abbaye de Scourmont (Chimay) en Belgique. L’objectif était de s’inviter dans les bagages des Anglais de la Compagnie des Indes jusqu’en extrême orient à des fins d’évangélisation. Avec l’indépendance et la seconde guerre mondiale, l’histoire en a décidé autrement.

Le Père Jan Rossey, originaire de Nieuwpoort, actuellement Supérieur ad-nutum, est arrivé à Caldey en 2009. Il provenait alors de l’Abbaye de Achel qui se trouve près de Westmalle, en région anversoise. 

Il accueille, avec beaucoup de gentillesse, tous les participants de la délégation belge au nom de sa communauté religieuse. Elle est composée de 8 moines qui ont tous un âge certain. 

Nous sommes convié à un verre de l’amitié. Point de bière ici mais bien jus de cassis, une spécialité locale. Le monastère survit d’un peu d’artisanat, du tourisme et de la fabrication de parfums.

Il nous raconte l’histoire de l’abbaye et l’implication des moines au cours de la seconde guerre mondiale. 

Deux moines se sont proposés comme aumôniers de l’armée belge qui a, lors du grand incen-die de la bibliothèque de 1942, envoyé plusieurs soldats pour aider le monastère.

Un des membres de la communauté s’est plongé dans les archives du monastère et a déniché quelques perles photographiques qu’il nous présente. 

Musée d’Art et d’Histoire

À peine sommes nous débarqués de notre randonnée maritime que nous nous retrouvons au petit musée d’Art et d’Histoire de Tenby.

C’est là que nous rejoint la délégation officielle belge arrivée en avion en passant par Cardiff. Elle est emmenée par le Lieutenant Général Marc Thys, ancien vice CHOD et aide de camps de Sa Majesté le Roi Philippe. Elle comprend également un représentant du WHI.

Nous y assistons à la présentation du buste du Lt Général Victor van Strydonck de Burkel. Ce dernier sera, avec l’Ambassadeur Emile de Cartier de Marchienne l’un des principaux artisans qui ont été à l’origine de la présence belge dans la ville de Tenby aux débuts de la seconde guerre mondiale lors du regroupement des hommes issus des forces belges parvenus de l’autre côté de la Manche.

Monsieur Charles-Albert Houtart, à l’initiative de la création de la section consacrée à l’armée belge à Tenby, nous raconte le début de la reformation de l’armée belge dans cette ville en mai 1940. Quelques jours seulement après la capitulation.

Dîner de Gala

Après cette journée du Samedi, laquelle aura permis la découverte de différents points significatifs de Tenby, le vent s’est levé.

Un dîner de Gala réuni, près de l’Esplanade, la délégation militaire belge ainsi que plusieurs représentants des autorités civiles et militaires de Tenby, du Comté du Pembrokeshire ainsi que du Pays de Galles. La délégation civile belge y était en nombre. Plus de 40 personnes incluant les descendants des principaux acteurs à l’origine de la reformation de l’armée belge en 1940. Il y avait également plusieurs descendants de belges établis, après la fin de la Guerre, dans cette région de Grande Bretagne.

C’est ainsi que l’une de ces descendantes est devenue l’épouse d’un artisan ayant développé l’art de la production de la tradition galloise de la LOVE SPOON, une pièce taillée dans un morceau de frêne. Une telle pièce a alors été offerte au Général Thys afin de le remercier de sa présence à cette occasion. On peut ainsi constater que sur cet objet est reproduit l’écusson des Forces Belges de Grande-Bretagne.

De gauche à droite : Monsieur Thomas, sculpteur sur bois, au centre sa femme, Madame Regemortel, fille d’un militaire belge de Tenby et le Général Marc Thys.

La commémoration du 24 septembre 2023

Service et Te Deum

Le vent a soufflé toute la nuit. La tempête a fait rage sur la ville qui a résisté une fois de plus. Au petit matin du dimanche, elle est lessivée par la pluie et les embruns salés se sont abattus sur les toitures et les façades. On comprend mieux du coup, les voutes trapues et les masures appuyées les une contre les autres flanquant le côté des ruelles. 

À l’église St-Mary, les trompettes accueillent les délégations civiles et militaires officielles ainsi que les étendards des associations militaires, de la British Legion et de Servio Belgique.

À l’entrée de l’église, une plaque renseigne les noms des 38 ministres du cultes qui se sont succédés depuis la construction de l’église en 1210. Parmi ceux-ci un certain Thomas More.

La Musique Militaire ainsi que les corne-muses précèdent l’arrivée des deux déléga-tions. En représentation de sa Majesté le Roi Charles III, la Lord Lieutenant for Dyfed, Mme Sara Edwards, est accompagnée des autorités du Comté de Pembrokeshire et de la Ville de Tenby. Elle est alors suivie du Lt Général Marc Thys, Aide de Camp du Roi Philippe et de la délégation belge.

La cérémonie religieuse commence par un mot du célébrant britannique, le Révérend Andrew Grace. Ensuite, une homélie de circonstance est prononcée par le Père Nicolas Favart, curé de St Etienne à Braine l’Alleud. Le Service du dimanche, est réhaussé par des intermèdes musicaux joués par la Musique du Régiment du Prince de Galles. Il se clôture par un Te Deum semblable à celui célébré en ces mêmes lieux, le 21 juillet 1940 qui laisse la place à la cérémonie civile.

La cérémonie civile débute par les hymnes nationaux britannique et belge. Le God Save the King et la Brabançonne résonnent sous les voûtes de la petite églises. Elle prend ensuite la forme de témoignages et de la remise, par la Ville de Tenby, d’un Freedom of the Town octroyé aux familles des descendants des Forces Belges de Grande Bretagne.

Témoignages

Le Comte Cédric du Monceau de Bergendal ainsi que Mme Marie Marchand ont relevés avec brio le défi qu’était la mission d’évoquer le sursaut, en 1940 de l’armée belge, tant par terre, air et mer. Cela au travers de TÉMOIGNAGES successifs. Les témoins furent accompagnés lors de leur remontée de la nef par un joueur de cornemuse belge, le Commandant Hre, Jean Louis Massart avant que se succèdent au pupitre :

  • le Lt Colonel Christopher Le Hardy dont le père, officier de la RAF en mission spéciale en Yougoslavie, en 1943, a eu l’occasion de pouvoir compter, sur la protection assurée des Commandos belges de la Belgian TROOP 4 du 10th Inter Allied Regiment ;
  • Thimotée de Campeau, collégien français, arrière petite fils (5e génération) du Général van Strydonck citant le sursaut français qui ne se produira que trois semaines plus tard ;
  • Ernesto Venancino Rojas, étudiant péruvien à l’ULB intéressé par le sujet Eu-rope in Exile (1940) et frappé par la participation d’une vingtaine de volontaires péruviens dans les rangs de la Brigade Piron dont Jorge Sanjinez qui recevra la Légion d’Honneur française ;
  • le Baron Emile de Cartier de Marchiennepetit fils de l’Ambassadeur belge à Londres de 1940 en poste à Londres à partir de 1927 ;
  • Lorenzo Gatto, arrière-petit-fils du Général van Strydonck, citoyen d’honneur de la Ville de Tenby ;
  • Carlos de Cumont, petit fils du Commandant Charles Cumont, premier commandant du Bataillon Belge à Tenby ; 
  • Marie Marchand qui évoque le parcours de 335 agents parachutistes belges dont 97 seront interceptés et exécutés par les Allemands ;
  • Eric Regout, qui évoque la perte de 855 marins belges sous statut particulier pendant la Guerre Navale de 1940 à 1945 ;
  • Le Comte Michel de Selys Longchamps, neveu d’un célèbre héros belge, pilote de la RAF ;

et

  • Roy Bergiers – fils de Raymond Bergiers, un sergent du Génie Belge de la Compagnie du Lt Richard Smekens qui parviendra à rejoindre Tenby avec une partie de ses hommes. Il fut le soldat du génie jamais décoré deux fois de la Croix de Guerre Belge. Roy est, lui-même, un très célèbre joueur de Rugby de l’équipe internationale du Pays de Galles qui reste toujours fier de voir flotter le drapeau tricolore belge.

Freedom of the Town

En guise de remerciement de la Ville de Tenby vis-à-vis du TMC à l’occasion de cette Commémoration du 24 septembre 2023 de l’hospitalité offerte en 1940 aux militaires belges, les Autorités de la Ville ont choisi de décerner, à leurs descendants, l’honneur que suppose l’octroi de la FREEDOM of the TOWN.

La parade

Le vent s’est calmé. Les chapeaux ne s’envolerons plus pendant la parade qui conduira le cortège de l’église au monument aux morts. Celle-ci est composée des délégations officielles des deux nations, accompagnées par la musique Militaire et de la mascotte du Régiment des Queen Dragon Guards.

Elle est suivie par deux détachements de cadets, les participants belges et un blindé britannique. Sur le parcours, se sont regroupés de nombreux badauds attirés par le spectacle.

Le monument aux morts

Une dernière salve de discours, le dépôts de gerbes de fleurs et la foule venue nombreuse pour cette petite ville s’égaillera dans les bars avoisinants chercher un peu de réconfort dans le gin local. 

Là, une stèle en l’honneur des soldats belges est inaugurée par la Lord Lieutenant et le Général Thys.

L’Angleterre a envoyé trois délégations civiles officielles, deux délégations militaires, les cadets de la marine et une musique militaire. Le tout pour commémorer l’engagement et le courage de soldats étrangers qui ont été casernés chez eux pendant quelques temps. La Belgique, pour rendre hommage à ses propres soldats, a envoyé le général Thys. Confirmant de la sorte l’action continue pendant plus d’un an du Lieutenant Colonel Baron Christian Houtart (93 ans), sans qui cette commémoration serait passée tout-à-fait inaperçue. Tout comme l’écrivait Pascal Martin dans son article publié dans « Le Soir » du 30 septembre 2023 et intitulé « Mémoires d’outre-Manche ». Qu’en est-il de notre devoir de mémoire ? Serons-nous contraint à recommencer les erreurs du passer sous prétexte que le dernier représentant de la seconde guerre a disparu ?

Les antécédents

Le week-end de Commémoration organisé les 23 et 24 septembre à Tenby a été le fruit de plusieurs années d’efforts et de démarches entreprises par le Tenby Memorial Committee en vue de faire connaitre les évènements qui se sont produits, dans ce coin de Grande Bretagne, une quinzaine de jours après l’invasion allemande de la Belgique du 10 mai 1940. On rappellera, à cet effet, la Journée d’Études qui fut déjà organisée, en février 2023, sous la conduite de la Professeure Geneviève Warland, laquelle aura permis de réunir une centaine de participants dans l’Auditoire du Musée L qui se trouve à Louvain la Neuve à l’Université Catholique de Louvain. Cela se passait 80 ans après l’action menée à Bruxelles le 20 janvier 1943, avec un avion de la Royal Air Force, alors piloté par Jean de Selys Longchamps qui fut, au-paravant, à la fin mai 1940, parmi les premiers officiers arrivés à Tenby en provenance du front belge. Il est également bon de rappeler que, dès sa création en 2021, le TMC a reçu les encouragements de Mme Sophie Wilmès alors Ministre des Affaires Etrangères ainsi que de ceux de SERVIO-BELGIUM, la Coupole des Associations Patriotiques Belges. Le sursaut de l’armée belge en Grande Bretagne en 1940-1941 était inconnu, parfois brocardé. Mais cela change !

Et maintenant ?

Les Britanniques, soucieux de Commémorer le courage et la détermination des Pays qui, au moment du désastre de Dunkerque de la fin mai 1940, se sont déclarés solidaires avec eux, furent, à Tenby, des hôtes chaleureux et attentionnés.

Nos remerciements vont également vers le Lt Colonel e.r. Christopher le Hardy (UK) lequel, pendant plus d’un an, a assuré la coordination locale pour le TMC soutenu par SERVIO BELGIUM : coupole des Associations Patriotiques Belges. C’est avec une profonde gratitude que, peu avant le 21 juillet 2023, l’Amiral e.r. Jacques Rosiers et Christian Houtart auront été informés que Madame Ludivine Dedonder, Ministre de la Défense autorisait la présence à Tenby d’une délégation Officielle de l’Armée Belge, ainsi que du War Heritage Institute, réhaussant ainsi considérablement le poids moral de la délégation belge. C’est ainsi que ce sera au Général Marc Thys, Aide de Camp de Sa Majesté le Roi Philippe que sera remis le Parchemin Freedom of the Town, un geste exceptionnel qui prolonge vers tous les membres de la délégation belge du jour, les marques de reconnaissance déjà accordées, en 1941, au Commandant en Chef des Forces Belges en Grande-Bretagne.

Et l’Avenir

Au moment où nos historiens se préparent à faire, en Belgique, un prochain bilan des 200 années d’existence d’un petit Pays fier de son indépendance et du courage de ses fils, il tombe sous le sens que le sursaut belge en Grande Bretagne du 28 mai 1940, suivi d’un rôle significatif au sein de l’Europe in Exile, a toute sa place dans la ligne du temps des évènements patriotiques majeurs à ne pas oublier.

En effet, après le considérable intérêt rencontré par cette démarche du Tenby Memorial Committee, tant au niveau local comme en Belgique, il convient de construire une communication destinée aux jeunes générations.

À Hôtel Atlantique, ancien Q G des forces belges au R.U. en 1940.

Christophe Houtart
15/11/2023

Crédits photographies : la Défense, Christophe Houtart, Chris Jacquet et Wikipedia